dimanche 28 août 2016

Le Champlain inaugure le môle du Verdon



Le Port-Autonome-de-Bordeaux soucieux de valoriser sa façade atlantique, à entrepris des travaux gigantesques pour l'époque au Verdon, situé à l'embouchure de la Gironde, le plus estuaire d'Europe. Édifié en 4 ans par 1000 ouvriers, dans le style art-déco tardif, disposant d'une double plateforme, autos à l'étage, chemin de fer à la basela première ligne électrifiée de la toute nouvelle SNCF !), doté d'amortisseurs hydrauliques d'accostage, relié à la côte par un viaduc de 370 m. Les usagers gagnaient un temps considérable, Bordeaux étant située à plus de 100 kms. 




Il fallait une star pour l'inauguration et ce fut le Champlain de la Compagnie Générale Transatlantique qui fut invité. Le 22 juillet 1933, arrivant directement de New-York, il y débarqua environ 700 pèlerins pour Lourdes. Après une visite au pas de charge par les autorités, il reprit la mer pour sa destination finale, Le Havre, offrant en souscription une mini-croisière de deux-jours/une nuit à 150 personnes. 

Le mythe : les meilleures prises de vue du paquebot, en tous cas les plus connues, ayant été prises au Verdon pour cette occasion, d'aucuns conclurent un peut hâtivement à l'existence d'une ligne transatlantique Bordeaux-New-York ! Il n'en a rien été, le Champlain n'ayant fait halte au môle du Verdon qu'une matinée et... n'y revint jamais !






source et crédit-photo : en attente localisation, droits-réservés





source et crédit-photo : © French lines


source, crédit-photo : Éditions Tito


source et crédit-photo : port-autonome de Bordeaux


source et crédit-photo : Éditions Delboy



Avant-gardiste pour les uns, décrié par d'autres, le môle accueillit environ une centaine de rotations de paquebots avant d'être détruit par les troupes allemandes de la poche de Royan.


source et crédit-photo : Éditions Gilbert


source et crédit-photo : en attente localisation, droits-réservés






source et crédit-photo : IGN/Geoportail

Ironie de l'histoire :


Le Champlain fut donc le premier paquebot à accoster le môle. Il fut, hélas aussi le premier a être détruit au début de la seconde guerre mondiale, alors qu'il avait été désigné pour emmener les parlementaires français en Afrique.

Le Massilia devait le remplacer pour cette mission et... ce fut le dernier paquebot à quitter le môle !!!

mercredi 17 août 2016

Maquettisme ( 1° partie )




Maquette au 1/1250°, métal, par FINE GERMAN MODEL MAKERS NAVIS :



Le moins que l'on puisse dire est que cette réalisation est assez rustique, mais l'échelle ne permet guère de faire mieux. Le prix est de l'ordre de 50 €.

De même, ou  légère variante : Maquette officielle du Champlain 1932, par Bassett Lowke.





La maquette exposée au Le Havre Cruise Welcome Centre, est d'une toute autre facture :





Provient-elle de l'ancienne collection de la Compagnie Générale Transatlantique ? Très probablement.

Champlain en très bonne compagnie (la C.G.T. forcément ...):






Et voici une (médiocre) production américaine :


Source, crédit photos : Studio Travel Agency




Le maquettisme ? Je n'y connais rien et à vrai dire, je n'ai ni la patience ni la souplesse des doigts pour m'y adonner, mais j'aime bien les admirer et vous n'ignorez pas que, dans la salle de Marine du château de Moulinsart, j'ai exposé les 3 Licornes que Tintin m'a données et le SIRIUS, bateau emblématique entre tous pour moi.

J'ai donc demandé à un expert, monsieur Bauthier, de me réaliser une maquette très précise, à partir des plans du chalutier, de la seule photo prise lors de mon départ pour l'Ile au Trésor et de la vignette qu'Hergé en a tiré :








Le résultat m'a laissé pantois et je tiens à vous faire partager ces pépites :













Livraison par E. Bauthier au château de Moulinsart :




Essais de flottabilité dans la pièce d'eau avant installation dans la Salle de Marine du château de Moulinsart :





Le site d'E. Bauthier, c'est : ICI

A suivre, 2° partie...

lundi 15 août 2016

Une bouteille à la mer lancée du Champlain.

Un traversée de l'Atlantique peu ordinaire !

Touchante et délicieuse anecdote que cette mise à l'eau d'une bouteille le 3 mai 1939 par 2 mousses du Champlain 'dont nous ne connaissons que les initiales F.G. et J.M), et retrouvée un an plus tard aux îles Canaries, 25 jours après que le paquebot ait explosé en rade de La Pallice.




source, crédits-photos : Augustin Pallarés-Padilla, Lanzarotte



Grand amateur de bouteilles... je puis vous apporter quelques précisions quant-à cette pratique dont on ne connait pas précisément les origines : 

"Une bouteille à la mer est un moyen de communication consistant à inscrire un message sur un bout de papier, à l'insérer dans une bouteille (ou tout autre récipient) et à jeter celle-ci dans une mer ou un océan, sans destinataire précis avec l'espoir que quelqu'un finisse un jour par la trouver, au gré des courants".

La plus ancienne trouvaille à ce jour est celle d'une  bouteille  jetée dans la mer du Nord le 30 novembre 1906 par le biologiste marin George Parker Bidder et retrouvée  en avril 2015 sur une plage des îles Frisonnes par une retraitée de la poste allemande, soit 108 ans et 138 jours


"Un message de ce type est extrêmement aléatoire car, pour qu'il finisse par être lu un jour, il est nécessaire :
  • que la bouteille soit effectivement entraînée au large, et ne revienne pas aussitôt à son point de départ, au gré du ressac ;
  • que la bouteille ne coule pas, ni ne soit cassée ;
  • qu'elle soit parfaitement étanche, pour que l'eau ne dégrade pas le document qu'elle contient, et que sa flottabilité ne soit pas altérée ;
  • que les caractéristiques du document lui permettent de résister à une exposition au soleil, éventuellement longue ;
  • que la bouteille s'échoue sur une côte assez fréquentée, pour être trouvée, sans s'ensabler ni être recouverte par les algues ;
  • que quelqu'un s'aperçoive qu'il y a un message à l'intérieur...
  • que la bouteille, si elle ne s'échoue pas, soit remontée par un chalut de pèche"(citations wikipedia)
  • qu'il est recommandé de l'écrire avec un crayon à mine de plomb (comme sur les journaux de bord), seul à ne pas se décomposer à l'eau comme le fait l'encre.


Personnellement, j'en ai jeté quelques unes par dessus bord (oui, ce n'est pas très écologique, je l'avoue) mais je vous certifie qu'elles ont toujours étés vidées auparavant ! Je crains que cette pratique ne perde tout son charme et sa poésie depuis que mon ami Tryphon Tournesol a mit au point une clé Usb garantie contre l'humidité ! 










dimanche 14 août 2016

PHOTOTHÈQUE




Cette rubrique se propose de vous présenter des reproductions de photos pour lesquelles je m'efforce de citer sources & crédits, quand faire se peut !

Puisée dans ma banque d'images personnelle, elle sera alimentée systématiquement pour chaque article paru, et aléatoirement suivant mes découvertes.

Vous êtes chaleureusement invités à participer en m'adressant vos inédits, merci à l'avance.

Vues générale du Champlain :

cheminée d'origine :


crédit-photo : Éditions Gross Jons
 source : collection personnelle de l'auteur


cheminée surélevée, 1936 :

source et crédit-photo : © French lines


source et crédit-photo : en attente localisation, droits-réservés


source et crédit-photo : Éditions C.M./Le Havre

Un doublé ? Et... perdu 500 cv. au passage :

crédit-photo : Éditions C.H.M./Le Havre
 source : collection personnelle de l'auteur


source et crédit-photo : Éditions C.M./Le Havre


source et crédit-photo : Non identifié, droits réservés


source et crédit-photo : Non identifié, droits réservés


source et crédit-photo : © French lines



source et crédit-photo : en attente localisation, droits-réservés



source et crédit-photo : Non identifié, droits réservés





source et crédit-photo : en attente localisation, droits-réservés



source et crédit-photo : Non identifié, droits réservés



source et crédit-photo : Non identifié, droits réservés


Le Champlain croise le Normandie :

source et crédit-photo : © French lines

Et... Normandie vu du Champlain :

source et crédit-photo : © French lines

source et crédit-photo : © French lines


source et crédit-photo : © French lines



source et crédit-photo : © French lines




 crédit-photo : Éditions L.N.H./Le Havre
 source : collection personnelle de l'auteur



source et crédit-photo : en attente localisation, droits-réservés



source et crédit-photo : en attente localisation, droits-réservés



Vues de détail du Champlain :









 




source et crédit-photo : © French lines



source et crédit-photo : © French lines




source et crédit-photo : © French lines


*

source et crédit-photo : © French lines




source et crédit-photo : © French lines


source et crédit-photo : Non identifié, droits réservés


source et crédit-photo : Non identifié, droits réservés


Vues intérieures du Champlain :

Source, crédit-photo : MVD Editions


Source, crédits-photos : MVD Editions




                                      
   Source, crédits-photos : MVD Editions



Source, crédits-photos : MVD Editions





   Source, crédits-photos : MVD Editions


Source, crédits-photos : MVD Editions




Source, crédits-photos : MVD Editions



Source, crédits-photos : MVD Editions





source et crédit-photo : © French lines



source et crédit-photo : © French lines



source et crédit-photo : © French lines




source et crédit-photo : © French lines



source et crédit-photo : © French lines




Source, crédits-photos : MVD Editions


Source, crédits-photos : MVD Editions


source et crédit-photo : © French lines



Vues techniques du Champlain :


Source, crédits-photos : MVD Editions




source et crédit-photo : F. Delboca

Standard téléphonique :

Source, crédits-photos : MVD Editions



Source, crédits-photos : MVD Editions

Vues de la construction du Champlain


source et crédit-photo : © French lines




source et crédit-photo : © French lines


source et crédit-photo : © French lines



source et crédit-photo : Non identifié, droits réservés



source et crédit-photo : © French lines




source et crédit-photo : © French lines





source et crédit-photo : © French lines

Vues de l'épave du Champlain :



source et crédit-photo : F. Delboca




source et crédit-photo : F. Delboca





source et crédit-photo : F. Delboca





source et crédit-photo : F. Delboca




source et crédit-photo : F. Delboca




source et crédit-photo : F. Delboca




source et crédit-photo : Éditions Lapie




source et crédit-photo : F. Delboca



source et crédit-photo : F. Delboca



source et crédit-photo : F. Delboca


Très certainement l'épave du Foucauld en arrière-plan :
source et crédit-photo : F. Delboca



source et crédit-photo : F. Delboca


source et crédit-photo : F. Delboca



source et crédit-photo : Éditions Elce


source et crédit-photo :  carte postale, en attente localisation, droits-réservés


source et crédit-photo :  carte postale, en attente localisation, droits-réservés



 crédit-photo :  carte postale, Ed. Elcé;  source : collection personnelle de l'auteur.

Vues connexes ou apparentées au Champlain :


En poste à son pier de New-York, en livrée grise de guerre :



source et crédit-photo : Великие Океанские Лайнеры/The Great Ocean Liners, colorisation  (en cours identification) 


source et crédit-photo : Великие Океанские Лайнеры/The Great Ocean Liners


Le mole du Verdon :


source et crédit-photo : en attente localisation, droits-réservés

source et crédit-photo : en attente localisation, droits-réservés




source et crédit-photo : Éditions Gilbert




source et crédit-photo : port-autonome de Bordeaux




Source et crédit-photo : en attente localisation, droits-réservés



source et crédit-photo : Éditions Tito



source et crédit-photo : Éditions Tito




source et crédit-photo : © French lines




source et crédit-photo : port-autonome de Bordeaux




source et crédit-photo : port-autonome de Bordeaux



source et crédit-photo : Éditions Tito



source et crédit-photo : Éditions Delboy



source et crédit-photo : port-autonome de Bordeaux



source et crédit-photo : Éditions Delboy



source et crédit-photo : en attente localisation, droits-réservés


source et crédit-photo : Éditions Cim